ajouter favorisAjouter ce site à mes favoris |  recommander ce siteRecommander ce site | imprimerImprimer | icone aideAide | plan du site Plan du site AA icone rssicone facebookicone tweeter
S'inscrire | S'identifier
magazine
 
Plus d'articles...

Le Guide de l'habitat de France vous propose ses dernières actualités.

ECO Artisan, c'est quoi ?

eco artisan Un artisan labellisé ECO Artisan® c'est :

une marque de qualité délivrée aux entreprises artisanales du bâtiment qui s’engagent à respecter un référentiel relatif à l’amélioration des performances énergétiques des logements.

 Les exigences du référentiel s’articulent autour de 3 grands engagements :

proposer à ses clients une évaluation thermique de leur logement, conseiller à ses clients des techniques cohérentes améliorant l’efficacité énergétique de leur logement et enfin proposer des solutions adaptées et efficaces dans son corps de métier (nouveaux matériaux, utilisation des énergies renouvelables…) et vérifier la qualité de ses travaux tout au long du chantier et à son achèvement.

ECO Artisan® est une marque délivrée par QUALIBAT, organisme indépendant et tierce partie qui contrôle, en particulier sur chantier, le respect des engagements pris par l’entreprise.

La marque ECO Artisan® accompagne l’évolution des compétences et des techniques nées du Grenelle de l’environnement.

ECO Artisan® est une marque collective déposée par la CAPEB à l’INPI en 2008.

Être ECO Artisan® c'est également :

Une démarche volontaire Une démarche individuelle d'entreprise Une démarche ouverte à l’ensemble des entreprises artisanales du bâtiment

Être ECO Artisan®, c’est avant tout s’engager.

Cet engagement est validé par Qualibat qui délivre la marque pour une durée de trois ans. Afin de garantir au maximum la crédibilité et le sérieux de la marque, un audit est réalisé dans les trois ans par Qualibat. Il sert à veiller au respect des engagements pris par l'entreprise.

Négocier vos prêts immobiliers

argent

Avec la crise financière qui persiste, la baisse des taux directeurs des banques centrales entame la rentabilité de vos liquidités sans risques. Néanmoins, l'effet de levier à réaliser sur les emprunts en profite largement. Au niveau de la BCE, on a observé une chûte de 325 points sur les taux dans les 11 derniers mois. On prévoit une stabilité certaine à venir.

La reprise timide et le contrôle de l'inflation repoussent encore la remontée des taux courant 2011. Ainsi, on peut emprunter aujourd'hui sur 15 ans à 3,50% hors assurance. Même si le monde sombre dans une récession "à la japonaise", et que la reprise actuelle n'est que passagère, l'inflation devrait vraisemblablement reprendre sur la durée restante de votre emprunt. Toutes les conditions semblent alors réunies pour renégocier les coûts de vos emprunts immobiliers auprès de votre banque ou d'une autre. Si d'ailleurs les taux baissaient encore, rien n'empêcherait de renégocier une fois de plus !

Attention néanmoins aux prérequis de cette négociation : la durée restante du prêt doit être conséquente. En effet, lors de la période d'amortissement de chaque prêt, les intérêts commencent par peser davantage dans les premières mensualités. Il faut donc renégocier son prêt avant de passer le premier tiers de remboursement, sauf différentiel de taux très important. D'autant plus que le rachat de votre prêt par la concurrence vous fera subir des pénalités de remboursement anticipé, à hauteur d'un semestre d'intérêts plafonné à 3% du capital restant dû. C'est la durée restante qui permettra d'amortir ces pénalités grâce à la baisse des taux qui diminuera au choix la durée du prêt ou le nouveau montant des mensualités.

Parallèlement, veillez à revoir aussi l'assurance. Deux éléments entrent en compte : en votre défaveur vous avez vieilli (si, si, je vous assure!), mais vous pouvez en profiter pour demander une délégation d'assurance afin de découpler les contrats d'emprunt et d'assurance. L'enjeu global consiste à réduire le coût final de l'assurance. Lisez quand même attentivement les conditions générales de la garantie, notamment en terme d'incapacité de travail.

Enfin, notez que si votre contrat initial couvrait un crédit logement, aucun risque n'est évident, alors que l'éventualité de la levée d'une hypothèque peut impliquer davantage de frais.

La capeb se bat contre le statut d'auto-entrepreneur

Logo capeb

 

La capeb se bat contre le statut d'auto-entrepreneur de Benoist Apparu, secrétaire d'Etat chargé du Logement et de l'Urbanisme, lequel a promis de "faire passer le message".

"Un mal pernicieux", "une concurrence déloyale qui ne dit pas son nom" : c'est en ces termes, parmi d'autres, que Patrick Liébus a qualifié le régime d'auto-entrepreneur dès l'ouverture de la deuxième journée de l'assemblée générale de la CAPEB le 16 avril dernier. Des propos accueillis par des applaudissements à tout rompre, emplissant l'amphithéâtre bleu du Palais des Congrès de Paris, où se tenait la réunion annuelle de l'organisation.

Benoist Apparu : "nous croyons à ce statut" d'auto-entrepreneur

"Attentif aux efforts faits par le gouvernement pour sortir de la crise", Patrick Liébus s'est directement adressé à Benoist Apparu : "les artisans qui se battent tous les jours pour dynamiser les marchés, pour sauver l'emploi et préserver l'outil de production dans l'espoir de la reprise, ne supportent pas l'attitude gouvernementale qui consiste à minimiser, voire mépriser leur inquiétude face à l'émergence de ce fléau". "Il faut que les idées raisonnables soient entendues", a-t-il assené.

"La CAPEB et l'artisanat du bâtiment se sont toujours honorés de refuser le populisme", a ajouté le président de la CAPEB. Un propos faisant écho au communiqué de presse diffusé par le ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi le 15 avril dernier, dans lequel Christine Lagarde et le secrétaire d'Etat des PME d'Hervé Novelli "se félicitent (du) succès exceptionnel du régime de l'auto-entrepreneur". Un succès qui, selon le communiqué, "matérialise l'avènement d'une culture populaire de l'entreprenariat en France".

Tout en précisant ne pouvoir "marcher sur les plates-bandes des collègues", le secrétaire d'Etat chargé du Logement et de l'Urbanisme a néanmoins répondu à Patrick Liébus. "Nous avons en France une défaillance en termes de création d'entreprises", a-t-il souligné. A ce titre, le statut d'auto-entrepreneur est, selon le gouvernement, "est un premier pas vers la création d'entreprise". Des propos ponctués par des huées. "J'entends bien que nous ne sommes pas d'accord mais nous croyons à ce statut", a rétorqué Benoist Apparu, se faisant ainsi l'écho de ses collègues du ministère de l'économie.

Bref, convaincu que le statut "reste une chance", le secrétaire d'état au logement a néanmoins promis de faire à nouveau entendre les préoccupations la CAPEB auprès du secrétaire d'Etat aux PME. "Je vous entends et je passerai le message", a-t-il assuré.

Les labels écologiques

 

Les labels écologiques Les labels écologiques garantissent aux consommateurs que ces produits ont un impact réduit sur l'environnement par rapport à d'autres produits similaires ou "classiques". Les produits labellisés sont signalisés aux consommateurs par un des deux logos, apposé de façon visible sur le produit. Chaque label possède son propre logo, facilement reconnaissable.

     écolabel européen                 écolabel français

ecolabel europeen            ecolabel francais
Charte Qualité des Artisans de l'habitat

Demandez votre guide

BlocDroit bouton-simulation_credit
Devis Artisan
projet
SUIVEZ NOTRE ACTUALITE
facebooktwitterrss

NEWSLETTER
Pour tout savoir sur l'actualité de l'habitat.
BlocDroit Insciption-Annuaire 304x99